Page d'archive 2

Le Kansai, pays des merveilles…(1)

Fidèle lecteur, ohayou ! Ici Lulu en direct de Nara, pour notre rendez-vous moins que quotidien mais plus que mensuel (c’est déjà ça ^^). Préparez-vous une bonne tasse de sencha pour vous mettre dans l’ambiance, et c’est parti pour mon reportage spécial ballade dans le Kansai, ou comment passer une semaine de folie au Japon… Mais avant ça, la leçon du week-end précédent, où les filles ont fait leur « blondes » !  Il fallait bien que ça arrive… Pour une fois qu’elles préparaient correctement notre voyage… Une excursion qui aurait du être parfaite: direction Uji pour goûter son fameux thé, location d’une voiture à Kyoto, le lac Biwa pour faire trempette et farniente sur les plages de sable fin, nuit à Amanohashite, un des plus beaux paysages du Japon tout à fait au nord du Kansai, puis retour en visitant Hikone réputé pour son château.   


 p1020117.jpg

Oui, mais… Les dieux japonais du transport ont du se dire que ça manquait un peu de wasabi … Primo, on loupe Uji en oubliant que  « non, la JR line, ce n’est pas la Kintetsu » (NB : ce sont les noms de ces deux &µ !%* lignes de train qui font ici les trajets que nous prenons régulièrement). Adieu macha. Deuzio, on avait un tantinet oublié que le Japon est le pays des protocoles : après 2h à faire le tour des agences de location de voitures et entendre pour seule réponse « Etooo… Chottoooo… » (« heu… attendez… » ce qui correspond au « non » japonais) alors que les parking des agences regorgeaient de carrosses, on a fini par comprendre que sans réservation, ça allait être un chouilla difficile. Adieu Amanohashidate. Tertio, après s’être lourdement résignés à prendre le train pour le Biwa-ko, et avoir suivi les mauvais conseils d’un contrôleur, nous voici sur une plage caillouteuse à souhait, où malgré une eau pas franchement azur, nous pouvons enfin faire trempette pour oublier les 35° à l’ombre. Et umeboshi sur l’onigiri (ce qui revient peu ou prou à la cerise sur le gâteau version nipponne), notre divine nuit à la belle étoile s’est transformé en dix minutes de sommeil furtif du au complot pernicieux de gigantesques moustiques et d’une bande de japonaises aux voix de crecelles qui se faisait leur hanabi perso (feux d’artifices)… à 10m de nous. Youpi. Encore une chance que nous n’ayons pas en plus faché les dieux de la météo. Joli lever de soleil. 

 p1030392.jpg

Seule consolation : le lendemain, que nous avons passé sur Kyoto, à visiter de nouveaux très beaux temples  (le Sanjusangen-do aux milles et une statues en or de Kannon, déesse de la miséricorde, et le Kodai-ji près de Gion, où les jardins s’étaient revêtus des bandelettes du Tanabata -fête des étoiles, où l’on suspend ses vœux sur des bambous- et où nous avons pu apprécier une jolie vue sur Kyoto, bien placés dans son jardin de bambou, bercés par les chants des cérémonies bouddhistes… mmmm…) et à découvrir, grâce à Julien (notre super allemand rencontré il y a quelques temps à la fête de la musique organisée par une assos’ francophone), un génialissime magasin de kimono&yukata (kimono d’été), où mes françaises ont passé 2h en essayage… en prévision des festivals de Kyoto approchant .   p1030478.jpg

Et maintenant, c’est parti pour notre reportage spécial « péninsule de Ki » (à savoir le sud du Kansai), en compagnie de mes 3 frenchies et de Julien qui nous a rejoint pour l’occasion… Accrochez-vos ceintures, Christelle est au volant !!! (à qui revient le « Lulu d’or » pour sa conduite de notre March automatique, à gauche, et dans le dédale nippon aux panneaux de signalisation plus qu’énigmatiques… Omedetou!!!)

p7130005.jpg

Samedi : après 4h de routes montagneuses en plein cœur de la région, arrivée à Koya-san, haut (dans tous les sens du terme) sanctuaire bouddhiste réputés pour ses nombreux temples, destination de pèlerinage privilégiée par les Japonais. Visite du Kongobu-ji (temple principal de Koya-san et centre des 3600 branches  des temples de la voie bouddhiste Shingon, aux magnifiques peintures et à l’immeeeense cuisine à en faire pâlir mes amis cuistos ^^) et du musée Reihokan dont les biens et documents parcourent 1200 ans de l’histoire de cette ville. Seule nuit organisée sur notre programmation tourisitque: celle dans le temple Fukuchiin, avec au programme onsen (source d’eau chaude), shojin Ryori (repas bouddhiste végétarien… un peu étrange au ptit déj’ la soupe au tofu…), futons conforables et cérémonie de l’aube à 6h (mantras, encens et tout le tralala). Le bonheur ! *Lulu, premier mouton à avoir assisté à une séance de méditation bouddhiste au fin fond du Kansai*

  img0978.jpg Dimanche : après notre réveil matinal, direction le tour des temples de la ville, noyés dans une brume de rosée et d’encens. Avec notamment Danjyo-garan, complexe de plusieurs édifices (le Kondo, le Mie-do et le Konpon-daito dont la structure rouge vif mi-cylindrique mi-carrée à deux toits protège un intérieur présenté tel un mandala en 3D), puis l’Okunoin, promenade longeant plus de 200 000 tombeaux (rien à voir avec nos cimetières glauques) aux résidents plus ou moins célèbres et menant au mauzolée de Kukai (encore un nom bizarre… et c’est pas fini, gniark ! ^^), lieu sacrée de nombreux pélerins. Petite anecdote amusante : le grand « jeu » local sur cette promenade est le Mizu-muku-jizo, qui consiste à asperger à grand coup de cassolettes remplie d’eau la caboche de la vingtaine de jizo (imaginer des grands schtroumph se prenant pour des dieux) alignés… par 40° à l’ombre, je plussois… Après ça, direction la côte ouest de la péninsule, où se trouve la ville de Wakayama célèbre pour ses poteries, pour la visite de son château (encore une copie de l’original due à la WW2, grrrrrr…) qui possède une sacrée collection de vestiges du temps passé (armures, casques, arcs, calligraphie, etc.) et une jolie vue sur la ville entourée de montagnes. Sympathique rencontre avec deux ptits vieux qui tenait un bris-à-brac et qui nous ont offert des souvenirs. On repart, arrivée à Shirahama, et ces plages de sables fin… le Pacifique, le vrai ! Bains de minuit et hanabi, sento histoire de se rincer un peu, nuit à la belle étoile… et début de la guerre contre les moustiques…

img1150.jpg 

Lundi : vite vite vite, programme chargé ! (Facile de se lever tôt quand le soleil pointe le bout de son nez à 4h30 et que la croissante exponentielle de la température vous transformerait rapidement un Lulu en méchoui ! ^^)  Retour dans les terres, à Hongu, pour une ballade express sur un des nombreux chemins classés au patrimoine mondial de l’Unesco (remarquez, ici c’est plutôt le fait de ne pas être classé qui est remarquable…), sentiers étroits et rocailleux en pleine montagne et forêt, bordés par des ruisseraux, qui relient une vingtaine de petits temples.  Après une vivifiante frayeur dans le taxi qui nous montait aux sentiers face à un japonais qui devait trouver que « conduire à droite, c’était pas si mal sur une route de 2m de large », direction Nachi pour le festival du feu… ou ce qu’il en restait. Des bouts de charbons, 1h après le défilé. Tant pis, le temple et la cascade était chouettes. Retour de la vengeance du dieu des transports, et début de panne de batterie, où bien entendu le vocabulaire manque sérieusement pour se faire aider par les autochtones qui ne pipent mot d’anglais. Après 2h de galère à râler (relant français) contre Nissan et un ptit coup de pince croco, direction dodo à Kumano, sur une plage qui aurait pu être encore plus idyllique sans les murailles anti-tsunami qui la bordent (idem pour la première trouvé ici d’où on s’est fait jetés par les ptits vieux du coin, un grand moment T_T)… et les moustiques… encore…jusqu’a nous piquer sur la bouche et les paupières! Menfin… Une plage pour nous seuls, la lune et les étoiles. Et mon royaume pour une moustiquière. 

img1202.jpg

Mardi : toujours plus tôt, encore plus tôt ! Le temps de remballer nos clics, nos clacs et les restes du feu d’artifice fait la veille, on se redirige légèrement vers l’intérieur pour aller faire une mini-croisière dans les gorges de Doro-kyo… Wouuuuuuuuu !!! Une eau émeraude, des cascades tous les 100m et des falaises qui donnent des envies de plongeons… A défaut, on a au moins pu mettre nos pattes dans l’eau. A peine le temps d’en profiter, direction Matsusaka, où notre seul repos sera le onsen fait en fin de soirée : peu de choses à voir, panne de voiture qui s’éternise, pas moyen de trouver un resto qui servent le fameux bœuf de la ville (comparable selon les dire à celui de Kobe). Une bonne rencontre tout de même avec un gardien de temple qui nous offert des pinces croco après s’être démené à expliquer à Nissan qu’il fallait nous dépanner (puisqu’en anglais ils ne nous prenaient pas au sérieux), pendant que nous nous reposions dans son ryokan climatisé. Pas envie de s’éterniser ici, direction Ise-shima pour profiter du lever du soleil  sur un des plus beaux paysages du Japon.  img1395.jpg

Mercredi, dernier jour de location : dormir dans la voiture n’a pas suffit à éloigner nos amis buveurs de sang. Qu’importe, nous voici fin prêts à admirer l’aurore au Meoto-iwa, les « rochers mariés » au pieds dans l’eau de la ville de Futamigaura. L’un de ses rochers est sensé être mâle, l’autre femelle, reliés par une corde tressée -changée tous les ans à l’occasion d’une cérémonie shinto donné par le temple de la grenouille (toujours pas celui dédié au mouton, je rage….) en face- et aurait donné naissance au Japon, selon la mythologie shinto. Sans doute divin par ciel dégagé… Vilains nuages ! Après ce petit tour dans la péninsule aux paysages où « oui, toi aussi, tu peux te prendre pour Yann-Artus Bertrand ou Nicolas Hulot », retour tranquille sur Nara… img1545.jpg

Au bilan : environ 400 kms parcourus en 4 jours, une 20taine de temples et châteaux, plus de 200 piqûres (le moustique d’or revient à Julien qui en a eu plus de 100 à lui seul), 2 plages à la belle étoile, 5 pannes de batterie, 10h de sommeil, un millier de photos, et des souvenirs plein la tête d’un autre Japon, loin des villes bétonnées et du stress urbain. Place à l’entracte, avant la deuxième partie de ce post et cette semaine « sugoiii »…  (un ptit Mo s’impose : Ka= moustiques…) 

Kobêêêh? Plutôt meuh!

Désolé mon ptit Lulu, mais cette visite de Kobe le week-end dernier était placée sous le signe bovin, pas de place pour les blancs moutons! Promis, le prochain post sera le tien…

D’ici là, laisse-moi te conter un peu ce périple… Dame Kobe, nonchalament installée sur la pente méridionale du mont Rokko à l’ouest de la baie d’Osaka, la tête dans les nuages et les pieds dans l’eau. Moins de 15 ans pour ce refaire une beauté, et pas des moindres! Lifting réussi! ^^

p1010999.jpg

Kobe la cosmopolite. A peine arrivés, nous voici projetés via le « loople bus » dans le quartier nord de Kitano, célèbre pour la conservation de ces vieux édifices occidentaux, en passant de la synagogue à la maison traditionnelle hollandaise. Quel intérêt me direz-vous, d’aller voir une maison française au Japon? Aucun, juste une once de fierté de voir nos amis nippons s’extasier devant l’architecture européenne. Et non loin, caché derrière un tori rouge et une cinquantaine de marche en pierre, un joli petit sanctuaire shinto, dédié au Boeuf, où se préparait une cérémonie de mariage. Taureau ascendant Boeuf, c’est le moment de mon entrainement aux rituels de prières! Un truc du genre « Cling, Dilindiling, Tap, Tap, …, Tap ». Sensé être l’Esprit du travail… J’en aurais bien besoin…^^

p1020013.jpg

p1020014.jpg

p1020018.jpg

p1020019.jpg

Kobe champêtre. Direction le parc botanique en sommet de montagne, après une courte halte aux chutes de Nunobiki. « Shin-Kobe Ropeway! Accrochez vos ceintures! » Pour avoir une vue d’ensemble, rien de mieux que le téléphérique! Et pour une fois, une ville qui semble a taille humaine, dont on peut s’imaginer les limites. Arrivés au sommet, bienvenue au paradis des senteurs! Musée olphactif autour des fleurs et des épices du monde (miam!), jardin botanique méticuleusement composé et entretenu-comme ts les jardins japonais-, salle de concert au sommet toute de bois et baies vitrées vêtue et une vue imprenable sur la fourmilière quelques centaines de mètres plus bas. Immanquable s’il vous prend l’envie (un jour un jour ^^) de poser vos petons a Kobe.

p1020051.jpg

p1020045.jpg

p1020874.jpg

p1020782.jpg

Kobe la chinoise. Nankin-machi, un des quartiers les plus célèbres de Kobe: sa Chinatown. Criard, tapageur, ms tellement vivant! Du magasin à « chinoiseries » aux nombreuses échoppes proposant une moultitude de spécialités culinaires, un ptit aperçu de la Chine vue par le Japon. Ca tombe bien, il est 4h, parfait pour un encas « brioche vapeur farcie au porc »!(histoire de changer des patisseries a la pate de haricot rouge… mes préférées ^^) 

p1020876.jpg

p1020889.jpg

Kobe maritime. La nuit commence déjà à tomber lorsque nous arrivons au port, plein sud-est de la ville, face à l’océan Pacifique. Petit détour par le mémorial du tremblement de 1995 où un morceau de ponton en miette et aux lampadaires tordus témoignent du terrible séisme durant lequel près de 6000 personnes ont péri. C’est l’heure où la ville s’illumine -notamment la tour du port (en rouge) et le musée de la Marine (sorte de navire futuriste)- et où les bateaux touristiques déchargent leur cargaison journalière (dont un spécialement kitsch d’où l’on s’attendait à voir sugir Jack Sparrow ^^).

p1020902.jpg

p1020905.jpg

p1020914.jpg

Kobe la gastronome. Ahlala, je vous l’avais promis, vous l’aurez voulu! Kobe a beau être réputée pour son port et son jazz, le plus beau trésor que protège cette ville se trouve dans l’assiette! Enfin plutôt dans le pré… Des boeufs nourris à la bière, et massés régulièrement de façon a attendrir la viande. Encore meilleur que celui de Miyazaki, qui était déjà mieux que tous ceux testé en France. Du beurre pour le couteau, et pour la langue aussi… Surlecuttée. Comment une viande peut-elle être fondante? 500g de bonheur, 10 min payées à prix d’or -qui parait dérisoire vu la qualité de la viande (au restaurant Mon à Ikuta, 30€ le repas -et en plus on a eu droit a du VRAI pain avec du VRAI beurre! ^^). Demo… il parait qu’un autre boeuf d’une région voisine surpasserait celui de Kobe (vois pas trop comment…). Ca tombe bien, on y sera dans deux semaines ^^

p1020960.jpg

Kobe la festive. Une fois n’est pas coûtume, on s’était organisée pour trouver un endroit où dormir. Un vrai ryokan, sorte d’auberge traditionnelle japonaise -parfois de jeunesse, d’où leur bas prix (et quelques cafards aussi ^^). Hummm, un vrai dodo dans un futon confortable… Parfait pour les rencontres improvisées (3 étudiants japonais en architecture en conférence à Kobe pour la journée), et un ptit tour « by night » dans le quartier de Sannomiya (au centre). Jamais vu autant de quarantenaires à cuver sur les trottoirs à 11h du soir…

Dimanche matin: adieu (que dis-je! à bientôt!) Kobe, direction Himeji, une 5Otaine de kms plus à l’ouest-et oui, ça coûte pas cher les trains par ici ^^. Un petit miracle (?) pour que son château, le Himeji-jo (ou Hakuro-jo, « château du Héron blanc » en raison de se structures en bois et ses murs blancs) soit encore debout alors que la ville a presque été totalement détruite lors de la WWII -au même titre que Kobe d’ailleurs. C’est sans doute, et de loin, la plus belle forteresse du pays (en comparaison avec le Oosaka-jo, entièrement refait, que nous avons qd mm fini par visiter! Et oui! Que de miracles!^^). Plusieurs shogun se sont succédés pour sa conservation, ainsi que de nombreuses familles de samouraïs. D’autant mieux conservée qu’elle n’a jamais été attaquée tant elle parait invincible! (Pas fous ces japonais…) Himeji-jo est aussi un excellent exemple du mode de vie « à la samouraïs », alliant une structure défensive imprenable pourtant élégante à de splendides espaces verts… (l’antithèse du château-fort). Près du château sont aussi entretenus 9 très beaux jardins japonais, rassemblés dans le Koko-en, conservant sur plus de 3 ha les techniques de jardinage de l’époque Edo (1600-1860 pour ceux qui aurait oublié ^^). Parfait pour une pause « cérémonie du thé » dans la chashitsu (tea ceremony house) du parc: au menu, patisserie japonaise et matcha -thé vert japonais.

3h de train, et nous voici de retour au NAIST… Encore un week-end dans le Kansai fort fort agréable ^^. Plus que deux mois… Comme une épée de Damoclès. Comme partagée entre l’envie de rallonger mes « vacances », et celle de transformer tous mes souvenirs de France de nouveau en réalité. D’ici là, encore plein de rencontres et ballades en perspective! Demain direction le Lac Biwa, Uji, Hikone, Amanohashidate…avec Lulu aux commandes! Même les moutons ont besoin de vacances, y’a bien que mes collègues japonais pour s’en passer ^^ Rendez-vous la semaine prochaine!

 Le ptit « mo » du jour: « yasumi »= les vacances… ^^

Vamos a Miya!

WoOoOo !!! Enfin un peu de temps disponible pour vous donner de nos nouvelles! Plusieurs post en prevision pour cette semaine, histoire de rattraper le temps qui s’emberlificote dans ma mémoire…

Et le premier sera: Miyazaki! Widi-widiii! ^^

p1010955.jpg 

p1010981.jpg

p1010978.jpg

Le complexe  »playa, mangues et coup de soleil » s’est finallement transformé par je ne sais quelle douteuse équation en « salle de conf, boeuf et climat-tellement-humide-que-t’as-l’impression-d’être-coincé-dans-un-sauna », raison pour laquelle Lulu est d’ailleurs resté bien sagement au labo (l’a pas echappé au virus du travail). De toutes façons, peu de chance pour que deux jours entiers de conférences en japonais dans une salle étouffante (selon la théorie japonaise du « ShoENE »-économie d’energie- la même qui autorise les hommes a travailler sans cravate et oblige les bus à couper leur moteur à chaque arrêt mais qui fait l’impasse sur les toilettes électriques, les ordis jms éteints et autres dépenses d’énergie inutiles…) l’aient interessé plus que moi. Pas plus de représentant de la gente ovine que féminine dans cette assemblée d’ailleurs, ce qui m’a valu une séance photo en temps que démonstratrice de la flexibilité de nouvelles cellules Si de 100 microns d’épaisseur. J’adoooore…

Et puis côté culinaire, a défaut d’avoir pu testé les mangues de Miyazaki (qui en fait son plus réputées pour leur provenance nationale que pour leur saveur, d’où leur abominable prix), j’ai pu goûté aux deux autres spécialités de la région: une sorte d’agrume entre la clémentine et le citron mais beaucoup plus parfumé, le hyuganatsu, et surtout… le boeuf de Miyazaki! Moi qui n’aimait pas spécialement la viande rouge… je me convertie de suite au carnivorisisme! Prends garde Lulu! ^^ Malheureusement, j’ai aussi du gouter une autre spécialité dont je me serai bien passée: au Japon, le poulet fait office de cochon, tout se mange… Même les os…

Et le plus fou pour la fin: je ne sais pas si l’idée leur ai venu d’un peu plus à l’Est, mais il y a deux ans les habitants de Miyazaki ont élu leur star du ptit écran prefet de la région (qui a au moins eu la décence de reprendre deux années d’études en économie avant de se commancer son mandat), pour avoir si bien su vanter les mérites de Kyushu durant ses emissions. Le souci c’est que le personnage est un tantinet mégalomane, et qu’il est absolument imposssible de trouver un magasin, restaurant ou coin de rue sans une figurine ou un dessin d’Hideo Higashikokubaru. La canonisation pre-mortem. Si bien que la légende dit ici que qui le touche sera chanceux… Ainsi Dieu Hideo est venu nous faire un speach pdt la conference sur sa belle région. Toujours est-il que ca donne des mélanges parfois un peu surprenant (preuve en image).

p1010974.jpg

Reste qu’en la survolant, l’île de Kyushu donne envie d’être visitée, en dehors de la saison des pluies bien sûr. Et l’ambiance hawaienne qui règne sur Miyazaki contraste avec le Kansai. Ce premier voyage au Japon ne sera pas le dernier! Le ptit « mo » en attendant le prochain post: « gyu niku »= viande de boeuf (parce qu’il n’y a pas qu’a Miyazaki que le boeuf est réputé au Japon… a suivre …^^)

Stupeur et tremblements

MoOoOo… j’aime pas trop…

Juste un ptit post pour rassurer tout le monde.

J’aime pas bcp qd les niouzes de la NHK annonce que la veille a eu lieu un tremblement de terre ds le Nord du Japon de 6.8 sur l’echelle richterienne causant une dizaine de morts, des glissements de terrain, et surtout prevoit des « repetitions » pdt environ un mois… Sont bien courageux ces japonais, qui vivent dans l’attente du « Big One »…

Enfin « vivent » est un bien grand Mo… Deja 4 mois a les observer et essayer de comprendre l’incomprehensible. Une vie de travail, le culte du specialiste. Consacrer sa vie entière à une cause, reliée inséparablement à sa profession. Ethique du samourai qui sacrifiait tout au service de son maître? Pas sûr… Quoiqu’il en soit, malgre tout le respect qui se doit d’etre accorde a ces specialistes, il me semble que bcp copient cette conduite de manière superficielle (comportement inutile a la productivite), du a un certain conformisme, dans cette société qui inhibe toute difference -la plupart des japonais travaillent ss cesse, ce qui cree une pression sociale sur tous pour suivre ce modele, et ce des les etudes qui coutent ici tres cheres. Et qd un de mes collegues me dit qu’il aime travailler de 10h a minuit week-end compris, je le crois: si je n’avais pas quelque genes francais pour me rappeler qu’il faut travailler pour vivre et non l’inverse, la spirale engendree par la morale japonaise m’aurait deja happee depuis lgtps… Vivre ici, c’est finallement un peu comme nager a contre-courant.

 

To be fashion or not to be?

Après avoir longuement débattu avec Lulu sur l’importance capitale d’un tel sujet ô combien digne d’intérêt, et surtout après avoir amèrement constaté que la routine commençait à s’installer bien tranquillement ds nos ptites vies nippones (d’où un peu moins de visites ces derniers tps… le calme avt la tempête ^^), nous allons donc vous présentez à l’aide de mes très charmantes assistantes toulousaines (avé l’assent du sud sioûplait!) la fashion attitude japonaise, ou l’art de ne pas passer inaperçu dans un monde où personne ne vous regarde… héhéhé ^^ (Qu’on soit clair: ts les japonais ne suivent pas le schéma qui sera décrit ci-dessous, et encore moins au NAIST… Cela doit représenter approximativement 50% de la population d’Oosaka, c’qu’est d’jà pas mal…)

Hop, retour à Osaka (où nous n’avons soit-dit-en-passant tjs pas vu le seul et unique monument historique de la ville, The « Oosaka Castle », à trop bien se perdre ds les galleries commerciales… On y croit, Dimanche, ça sera la bonne!), où Fanny nous présente les accessoires indispensables de la Barbie Japonaise. La règle du « superposé-dépareillé-coloré-froufrouteux » prime; impossible de décrire le choc que cela procure quand une de ces japanese doll croise une jeune fille du même âge en kimono: encore un paradoxe à vous en défriser un Lulu!

p1010583.jpg p1010581.jpg

Et puis je vous avais rapidement parlé de la 5eme dimension dans le précédent post sur Osaka… Photos à l’appui cette fois-ci du haut lieu de la fashionitude locale, pour une soirée Men eggs dont on a toujours pas trouvé la traduction ms dont Fanny pense que c’est sans doute en rapport avec leurs couleurs de cheveux immondes où l’on dirait qu’on leur a écrasé un oeuf pourri sur la tête (je plussois ^^). A savoir que ce genre de personnages avec des peluches accrochés au pantalon ou aux échasses multicolores se croisent à tous les coins de rue à Osaka en pleine journée, et que mm si ça a l’air de craindre un peu, ils st tous trèèèès gentils (ben oui, on est jap ou on l’est pas; z’ont le gêne de gentillesse, pire que Bob ^^). Légèrement bêtiaumes, ms vraiment sympathiques.

p1000887.jpg p1010646.jpg  p1010693.jpg p1010659.jpg p1000867.jpg 

Et oui, le Japon, c’est aussi ça… ^^ Fin juin, départ 4 jours à Miyazaki (Sud du Japon, île de Kyushu) pour une conférence sur le photovoltaïque, histoire de bosser sous les cocotiers ts frais payés par le NAIST… gniark gniark gniark….  Un ptit « mo » pour vous tous à qui je pense bien fort: « Gambatte kudasai! » (Courage!)

 

12345

septembre 2021
L Ma Me J V S D
« août    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Travelling Addict |
Vadrouille en Asie |
Stef et Pat à Los Angeles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Down under // Tu lis ce blo...
| fanny san francisco 2008-2009
| Definitivement_Nomades